601395_296825203779891_1521872748_n



-Que dois-je faire ?

Commencez par vous installer confortablement ! Je vais baisser la luminosité de la pièce...

-Non, laissez-moi la lumière ! J'ai peur dans l'obscurité.

-Très bien ! Maintenant j’aimerais que vous commenciez à relâcher les muscles de votre corps. Vous pouvez faire quelques respirations profondes pour vous aider à vous relaxer. Prenez le temps qu’il vous faut, laissez-vous aller.

Vous sentez une lourdeur vous envahir. Elle s'installe de la tête aux pieds . Abandonnez-vous totalement à cette lourdeur. Laissez votre mental agir et dites-moi ce que vous ressentez...


Je m'appelle ErZulie et je suis dans mon lit.

 Il fait noir.

Tout le monde dort dans la maison, sauf vous, vous qui venez détruire mes rêves enfantins et puis moi, moi réveillée par votre danse macabre.

Un bruit, puis un autre, je me cache sous les draps.

-Ourson protège-moi ! Dis-leur que je suis innocente ! Pourquoi viennent-ils nous voir? Dis-moi, avons-nous fait une bêtise pour qu'ils veuillent me faire si peur? Ourson, je tremble...Chut, ne parlons plus, ils nous écoutent certainement...Je soulève un peu le drap et je tente de regarder,d'accord ? Toi, protège-moi, ne me laisse pas tomber, serre-moi fort serre-moi plus fort!

Ces visages ironiques! Qui sont-ils?

Les masques de mon dernier carnaval me paraissent si vrais! Plus je les regarde dans la pénombre et plus ils prennent l'apparence de la réalité, ils sont humains, leur bouche me parle, je n’entends pas mais...

Je ne veux pas entendre, je ne veux rien voir !

-Partez s’il vous plaît!  Partez, je vous en supplie...

Mon cœur bat trop vite, et mes pensées sont bouleversées...

-Ourson ne reste pas figé! Pourquoi ne deviens-tu pas vivant, toi aussi, pour me sauver ? 

-Oh non! Voilà la poupée qui me sourit, ses yeux me fixent...Elle avance vers moi, bras tendus pour m'étrangler. J'étouffe. 

Monde immatériel, immobile ou monde des morts, appelons mon tourment comme vous le souhaitez, mais à tout prix sortez de ma chambre, ! Sortez de ma tête !

Sur le dessin encadré, Sarah Kay marche tenant un plateau à la main, pourquoi vient-elle vers moi ? Vient-elle me servir la mort sur un plateau ?

Nuit après nuit, je creuse ma tombe dans mon lit.  Les contes de fées s'éternisent sur mon étagère et mes livres fermés à double tour en haut de ma tour profitent de leur "Happy End". Pendant ce temps,  le mal vient frapper à ma porte. Aux douze coups de minuit, je cogne ma tête contre l'oreiller pour fuir . Je suis une princesse coincée entre deux couvertures et j'attends que l'auteur de mon destin écrive le mot "fin". Il est inutile de croire aux fées. Elles possèdent des baguettes qui ne s'expriment que sur une ligne et les lettres s'envolent dès qu'elles prononcent la formule magique. Quant aux Princes Charmants, ils délivrent seulement les âmes dites "Fleur bleue" qui se couchent sur le papier dès les premiers mots. Ils font les fiers en sortant l'épée de leur fourreau et souillent les pages vierges en semant d'une encre noire le vice indélébile. 

-Laissez-moi dormir en paix! Laissez-moi mourir jusqu'à l'aube !

Je serre très fort les draps, je me recroqueville, moins je prendrai de place et moins ils verront que je suis là!

Ma porte entre ouverte laisse passer une lueur, mais les ombres s'agitent en silence, elles jouent entre elles, font-elles le jeu du mime?

Pourquoi mimer un visage ? Qui est-ce? Ils sont si terrifiants et ténébreux...

Un jour, je serai cicatrisée des souffrances que vous me faites subir et je me vengerai pour tout le mal que vous m'avez fait. Quiconque tentera d'effrayer un enfant pendant son sommeil, je le poignarderai sans hésiter !

Je n'en peux plus, je pleure des larmes de sang, je reste immobilisée, non, ce n'est plus possible, ça ne peut plus durer, vite de la lumière...Je danse à la mort, je danse à ma vengeance et je crie ma délivrance...

-MAAMANNNNNNN....

 Roxanne Du Lac